Interview #1 – Raphaël Grellet

Avant l’événement, l’équipe du CIFEPK se dévoile.

Commençons par notre cher président de la Commission Scientifique : Raphaël Grellet.

Interview Raph flèche blanches

Morgan Colas : Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ?
Raphaël Grellet : Je m’appelle Raphaël Grellet, je suis diplômé de 2013 à l’IFMK Marseille. Je me suis intéressé à l’associatif en milieu de première année, et me suis engagé principalement à la Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie, notamment deux années au Bureau National.

MC : En une phrase, quelle est ta vision de la Kiné ?
RG : Ma vision de la kiné ? C’est être un thérapeute complet, qui a comme outil nos petites mains et notre tête pour réfléchir !

MC : Peux-tu me résumer ton poste dans l’équipe du CIFEPK ?
RG : Je suis président du Comité Scientifique du CIFEPK. Mon rôle est de coacher l’équipe des 13 responsables de pôle pour organiser le programme scientifique, « le fond » du congrès, son contenu ; là où Guillaume Rall, président en charge du Comité Administratif, s’assure de la gestion de « la forme » : communication, financier, partenariats, logistique… Travail tout aussi complexe.

Concrètement, le rôle du Comité Scientifique est de choisir quelles interventions mettre en place lors de l’événement, les organiser et solliciter les intervenants à ce sujet.

MC : Quelle est ta première expérience CIFEPK ?
RG : J’étais en troisième année lors du CIFEPK 2012 à Rennes. Le congrès était incroyable !

MC : Tu as une anecdote ? :-)
RG : T’as fait exprès de me la poser cette question ? … Lors du congrès 2012 à Rennes, il s’est mis à neiger énormément l’avant dernier jour. Pour plus de confort dans l’hôtel, j’ai enlevé mes chaussures dans une des chambres -bien animée à ce moment là- et … Je ne les ai jamais retrouvées.

… On a beau avoir appelé un taxi, même quelques mètres en chaussettes dans la neige, ce n’est pas du plus agréable :-p

MC :  Beaucoup de membres de l’équipe du CIFEPK ont eu – comme toi – une expérience au sein de la FNEK. Comment expliques-tu cet attrait de ces personnes pour le CIFEPK ?
RG : En effet, beaucoup de membres de la FNEK font partie du bureau du CIFEPK. Leur attrait pour cet événement est, à mon sens, dans la même logique : s’investissent à la FNEK des étudiants motivés, curieux et intéressés.

Au départ, le travail associatif leur apprend des valeurs de démocratie, de travail d’équipe, d’ouverture, mais également des capacités de gestion de projet, savoir s’informer et communiquer au moyen des nouvelles technologies… Après le diplôme, ou l’engagement associatif, il devient naturel pour nous d’appliquer cette démarche au domaine de la kiné : créer un réseau pendant les congrès scientifiques, faire de la veille documentaire sur Actukiné, Kiné La Revue, questionner nos pairs quand on a des questions…

Et, à défaut d’avoir tout de suite toutes les connaissances, qui mettent des années à s’acquérir, nous développons rapidement une certaine « vision globale », et un « savoir où chercher de l’information », qui est profitable pour le CIFEPK et motive notre engagement.

MC : Parlons de la prochaine édition du CIFEPK. Quelles sont tes aspirations pour 2016 ?
RG : Que le programme soit dingue ! On bosse dur dessus, c’est pas évident mais si tous les intervenants que nous avons prévus acceptent de participer, vous allez adorer !

MC : Peux-tu nous en dire plus sur l’esprit du CIFEPK ?
RG : De manière plus globale, le CIFEPK souhaite se mettre au service de l’évolution des mentalités au sein de notre profession. Notre métier bouge, les connaissances et les approches évoluent : notre idéal est de favoriser l’implication des kinésithérapeutes dans une pratique réfléchie, pertinente, humble, ouverte aux autres et humaine…

Que ce métier soit une passion : c’est comme ça que l’on soigne le mieux. Et c’est armés d’expériences comme le CIFEPK – expérience faite de rencontres, de réflexions, de remises en question – et d’autres événements encore, que l’on tend doucement vers cet idéal.

MC : Merci beaucoup Raphaël. As-tu un dernier mot ?
RG : Etudiants kinés et physio, parlez autour de vous, si ce n’est du CIFEPK, des valeurs qu’il incarne : Pratiques basées sur les preuves, remise en question, ouverture à l’international, qualité des relations humaines ; et surtout… Le goût du travail bien fait que les nouvelles générations incarnent !

Pour que plus jamais je n’entende avec mes patients : « Oh, vous savez, il y a des kinés… Ils sont gentils, hein, mais ils vous collent des électrodes et vont prendre le café… » Soyez acteurs de cette nouvelle génération d’étudiants et de professionnels impliqués, qui font changer les choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *