Interview #12 – Maude Laliberté

Au fil des semaines, la #TeamCIFEPK se dévoile !
Cette semaine, c’est au tour de Maude Laliberté, la québécoise de l’équipe !

MC : Bonjour Maude, peux-tu te présenter ainsi que ton parcours ?
ML : Maude Laliberté, 35 ans. Je suis physiothérapeute depuis 2002 (bacc. en physiothérapie Université de Montréal) et candidate au doctorat en bioéthique (Université de Montréal). Depuis 2002, j’ai travaillé dans toutes sortes de milieux et auprès d’une clientèle variée.

MC : Quelle est ta vision de la profession ?
ML : Ce qui m’a d’abord attiré en physiothérapie, c’est la possibilité de permettre aux gens de garder leur plein potentiel d’autonomie et leur dignité. Tout au long de mon cheminement professionnel, je me suis interrogée sur l’efficacité de nos interventions cliniques et les facteurs pouvant les influencer. L’issue du traitement est multifactorielle et la relation établie avec notre patient est de la première importance.

MC : Es-tu impliquée dans d’autres associations ?
ML : Je suis impliquée auprès de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ). D’abord, j’ai participé au comité de recherche responsable de l’attribution des bourses et subventions de 2009 à 2012. Ensuite, je me suis également impliquée auprès du bureau du Syndic à titre de syndique-adjointe. Le bureau du Syndic a pour mandat d’enquêter sur les pratiques des professionnels suite à une plainte du public ou pour tout autre motif raisonnable. J’ai occupé un poste d’administratrice dans l’Association étudiante de bioéthique pendant 2 ans. Je me suis également impliquée dans les comités organisateurs de conférences telles que le Congrès International sur le contrôle moteur III à Montréal, le Symposium Réflexion sur la pratique en bioéthique et le CIFEPK! 🙂

MC : Quel poste as-tu dans l’équipe du CIFEPK ?
ML : Et bien, je suis impliquée dans le comité scientifique comme coresponsable du pôle Divers et International avec Océane. C’est ma première expérience avec le CIFEPK.

MC : As-tu une anecdote à partager ?
ML : Suite à une présentation orale faite au WCPT à Singapore, quelqu’un est venu me rencontrer pour me poser une question et pour se présenter… c’était Guillaume Rall, président du CIFEPK! Alors, ma première rencontre «réelle» avec un membre du CIFEPK s’est faite à Singapore! On peut dire que c’est vraiment un congrès très international!

MC : Quelles sont tes aspirations pour 2016 ?
ML : Et bien….. un congrès dynamique, varié, qui va bien représenter l’éventail des compétences des physiothérapeutes….. un congrès ouvert sur le monde, généreux, qui va permettre de créer des liens durables entre les intervenants et les participants.

MC : Comment se déroule l’entente avec une équipe composée uniquement de français ?ML : Ma collaboration avec une équipe française se passe très bien ! C’est certain que cette collaboration n’est possible que grâce à la techonologie… les outils informatiques collaboratifs (trello, dropbox, skype…).

MC : As-tu des confrères Québécois qui vont venir au CIFEPK ?
 ML : Oui, il y aura quelques participants de l’Université de Sherbrooke et de l’Université de Montréal. Audrey Champagne sera l’étudiante représentant l’Université de Montréal pour le concours du meilleur mémoire. J’ai aussi 2 confrères qui seront intervenants: Katherine Montpetit Tourangeau et Denis Fortier.
Katherine Montpetit Tourangeau nous fera une super présentation sur comment bien choisir nos modalités électrothérapeutiques, en fonction d’un raisonnement clinique. L’université de Montréal est déjà très innovant à ce sujet là, et a développé un site web qui aide les cliniciens à faire un choix éclairé (lien).
Denis Fortier est une véritable vedette de la physiothérapie au Québec! C’est le premier à faire rayonner la profession dans les grands médias traditionnels et dans les médias sociaux. Il est sur toutes les tribunes ! Il est chroniqueur dans plusieurs émissions de radio et de télévision. Il tweet et il est très actif sur Facebook. Il a aussi écrit un livre (Conseils d’un physio), qui est un guide pratique destiné au grand public. Il viendra faire une conférence pour outiller les participants à bien occuper l’espace public pour pourvoir être promoteur de la santé.

MC : Pour clore l’nterview, as-tu un dernier mot à dire pour nos futurs congressistes ?
ML : Bon congrès!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *